Livraison : gratuite et sécurisée dans le monde entier

0

Votre panier est vide

Temple Japonais
15-12-2020

Top 10 des temples japonais à visiter

7 minutes de lecture

La religion a toujours eu une influence majeure sur la culture japonaise. Les éléments des deux religions les plus populaires du pays, le shintoïsme, la religion indigène du pays, et le bouddhisme, ont eu un impact sur tout, de l'art japonais (vous remarquerez d'innombrables œuvres d'art religieuses lors de vos voyages dans les nombreux sanctuaires et temples du Japon) à la politique japonaise. En effet, à l'apogée de l'Empire japonais, les gens croyaient que l'empereur de l'époque était divin, lui-même un dieu vivant. C'est une idée qui est profondément liée au shintoïsme.

Les temples (寺, tera) sont les lieux de culte du bouddhisme japonais. Pratiquement chaque municipalité japonaise possède au moins un temple, tandis que les grands centres culturels comme Kyoto en comptent plusieurs centaines.

Kimono Japonais

Découvrir un tel site religieux lors d'un voyage au Japon, c'est découvrir le véritable centre culturel du Japon classique. Si vous prévoyez de visiter un ou plusieurs temples, monastères ou sanctuaires japonais, vous avez de la chance, car vous trouverez ci-dessous le top 10 des temples japonais à visiter :

 

1. Osorezan (Mont Osore)

Osorezan

Le mont Osorezan (恐山) est classé avec Koyasan et Hieizan comme l'un des trois lieux les plus sacrés du Japon. Il a été découvert il y a plus de 1000 ans par un prêtre bouddhiste à la recherche d'une montagne sacrée qui ressemble au monde de Bouddha. Aujourd'hui, c'est le site du temple de Bodaiji.

Osorezan se traduit par "montagne de la peur", un nom qui vient en partie du paysage exceptionnel de la montagne. La région est riche en activité volcanique, et une forte odeur de soufre imprègne l'air. Le sol est gris et stérile et marqué par des brèches qui laissent échapper de la vapeur, des bulles et de l'eau chaude. Le lac Usori, situé à côté du temple, est coloré de diverses nuances de bleu en raison de sa forte teneur en soufre.

 

2. Temple de Kiyomizudera

TEMPLE DE KIYOMIZUDERA

Kiyomizudera (清水寺, littéralement "Temple de l'eau pure") est l'un des temples les plus célèbres du Japon. Il a été fondé en 780 sur le site de la cascade d'Otowa, dans les collines boisées à l'est de Kyoto, et tire son nom des eaux pures de la chute d'eau. Le temple était à l'origine associé à la secte Hosso, l'une des plus anciennes écoles du bouddhisme japonais, mais a formé sa propre secte Kita Hosso en 1965. En 1994, le temple a été inscrit sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO.

Kiyomizudera est surtout connu pour sa terrasse en bois qui fait face à sa salle principale, à 13 mètres au-dessus du flanc de la colline. La terrasse offre aux visiteurs une superbe vue sur les nombreux cerisiers et érables qui poussent au printemps et à l'automne dans une mer de couleurs, ainsi que sur la ville de Kyoto au loin. La salle principale, qui, avec sa terrasse, a été construite sans clous, abrite le principal objet de culte du temple, une petite statue de Kannon à onze faces et mille armes.

 

3. Le temple Todaiji

temple todaiji

Todaiji (東大寺, Tōdaiji, "Grand temple oriental") est l'un des temples les plus célèbres et les plus importants du Japon sur le plan historique et un point de repère de Nara. Le temple a été construit en 752 comme le temple principal de tous les temples bouddhistes provinciaux du Japon et est devenu si influent que la capitale a été déplacée de Nara à Nagaoka en 784 afin de réduire l'influence du temple sur les affaires gouvernementales.

Jusqu'à récemment, la salle principale de Todaiji, la Daibutsuden (Grande salle du Bouddha), détenait le record du plus grand bâtiment en bois du monde, bien que la reconstruction actuelle de 1692 ne représente que les deux tiers de la taille de la salle originale du temple. Ce bâtiment massif abrite l'une des plus grandes statues de bronze de Bouddha (Daibutsu) du Japon. Le Bouddha assis, haut de 15 mètres, représente Vairocana et est entouré de deux Bodhisattvas.

 

4. Kinkakuji : Le Pavillon d'Or

Kinkakuji

Kinkakuji (金閣寺, Pavillon d'or) est un temple zen situé dans le nord de Kyoto dont les deux étages supérieurs sont entièrement recouverts de feuilles d'or. Officiellement connu sous le nom de Rokuonji, le temple était la villa de retraite du shogun Ashikaga Yoshimitsu, et selon son testament, il est devenu un temple zen de la secte Rinzai après sa mort en 1408. Kinkakuji a été l'inspiration pour le Ginkakuji (Pavillon d'argent), du même nom, construit par le petit-fils de Yoshimitsu, Ashikaga Yoshimasa, de l'autre côté de la ville quelques décennies plus tard.

Le Kinkakuji est une structure impressionnante construite sur un grand étang, et est le seul bâtiment restant de l'ancienne maison de retraite de Yoshimitsu. Il a brûlé à de nombreuses reprises au cours de son histoire, notamment deux fois pendant la guerre d'Onin, une guerre civile qui a détruit une grande partie de Kyoto, et une fois encore plus récemment en 1950, lorsqu'il a été incendié par un moine fanatique. La structure actuelle a été reconstruite en 1955.

 

5. Ginkakuji : Le Pavillon d'argent

Ginkakuji

Ginkakuji (銀閣寺, Pavillon d'argent) est un temple zen situé le long des montagnes de l'est de Kyoto (Higashiyama). En 1482, le shogun Ashikaga Yoshimasa a construit sa villa de retraite sur le terrain du temple actuel, en s'inspirant du Kinkakuji (Pavillon d'or), la villa de retraite de son grand-père au pied des montagnes du nord de Kyoto (Kitayama). La villa a été convertie en temple zen après la mort de Yoshimasa en 1490.

En tant que villa de retraite d'un shogun obsédé par l'art, Ginkakuji est devenu un centre de culture contemporaine, connu sous le nom de culture Higashiyama, en contraste avec la culture Kitayama de l'époque de son grand-père. Contrairement à la culture Kitayama, qui restait limitée aux cercles aristocratiques de Kyoto, la culture Higashiyama eut un large impact sur l'ensemble du pays. Les arts développés et raffinés au cours de cette période comprennent la cérémonie du thé, l'arrangement floral, le théâtre nô, la poésie, la conception de jardins et l'architecture.

Aujourd'hui, le Ginkakuji se compose du Pavillon d'argent, d'une demi-douzaine d'autres temples, d'un magnifique jardin de mousse et d'un jardin unique de sable sec. On l'apprécie en suivant un parcours circulaire autour de son parc, d'où l'on peut voir les jardins et les bâtiments.

 

6. Le temple d'Okunoin

temple d'Okunoin

Okunoin (奥の院) est le site du mausolée de Kobo Daishi (également connu sous le nom de Kukai), le fondateur du bouddhisme Shingon et l'une des personnes les plus vénérées de l'histoire religieuse du Japon. Au lieu d'être mort, Kobo Daishi est censé se reposer dans une méditation éternelle en attendant Miroku Nyorai (Maihreya), le Bouddha du futur, et apporte son aide à ceux qui demandent le salut entre-temps. Okunoin est l'un des lieux les plus sacrés du Japon et un lieu de pèlerinage populaire.

Le pont Ichinohashi (premier pont) marque l'entrée traditionnelle à Okunoin, et les visiteurs doivent s'incliner pour rendre hommage à Kobo Daishi avant de le traverser. De l'autre côté du pont commence le cimetière d'Okunoin, le plus grand du Japon, avec plus de 200 000 pierres tombales qui bordent l'approche du mausolée de Kobo Daishi, long de près de deux kilomètres. Souhaitant être proche de Kobo Daishi dans la mort pour recevoir le salut, de nombreuses personnes, y compris des moines et des seigneurs féodaux éminents, ont fait ériger leurs pierres tombales ici au cours des siècles.

 

7. Yamadera

Yamadera

Yamadera (山寺) est un temple pittoresque situé dans les montagnes au nord-est de la ville de Yamagata. Le terrain du temple s'étend sur un flanc de montagne escarpé, d'où l'on a une vue magnifique sur la vallée. Le temple a été fondé il y a plus de mille ans, en 860, en tant que temple de la secte Tendai, sous le nom officiel de Risshakuji. Son nom populaire, Yamadera, signifie littéralement "temple de montagne" en japonais.

La base de la montagne est située à environ cinq minutes de marche de la gare de Yamadera, et il y a des dizaines de magasins et de restaurants qui accueillent les nombreux visiteurs du temple. Il y a également un petit centre d'accueil des visiteurs juste de l'autre côté du pont qui relie la gare au temple.

 

8. Le temple Hasedera

temple Hasedera

Le temple Hasedera (長谷寺) est situé dans les montagnes à l'est du centre de Sakurai. Le temple a été fondé en 686, et sert aujourd'hui de temple principal de l'école Bunzan du bouddhisme Shingon. Situé dans une vallée, Hasedera compte plus de 30 bâtiments construits à flanc de colline que les visiteurs peuvent passer un long moment à explorer. Le hall principal se trouve tout en haut et offre une vue magnifique sur les environs depuis son balcon, en particulier pendant les saisons des cerisiers en fleurs (sakura) et des couleurs d'automne (koyo).

L'approche de Hasedera consiste en une petite ville de temple, dont les restaurants et les marchands approvisionnent les visiteurs du temple depuis des siècles. À la base du temple se trouve la porte Niomon, qui abrite des statues de divinités gardiennes. Un long couloir couvert de près de 400 marches mène à la salle principale, en passant par divers autres bâtiments. Du haut, la vue peut être à couper le souffle, et durant la floraison des cerisiers ou les couleurs de l'automne, la vue elle-même peut être une raison suffisante pour faire le voyage.

 

9. Le temple Horyuji

temple Horyuji

Le temple Horyuji (法隆寺, Hōryūji) a été fondé en 607 par le prince Shotoku, qui est à l'origine de la promotion du bouddhisme au Japon. Horyuji est l'un des plus anciens temples du pays et contient les plus anciennes structures en bois au monde. Il a été classé au patrimoine mondial en 1993. Le terrain du temple de Horyuji est spacieux et séparé en deux enceintes principales, l'enceinte occidentale (Saiin Garan) et l'enceinte orientale (Toin Garan).

 

10. Kokedera : Temple des mousses

Kokedera

Saihoji (西芳寺, Saihōji), plus connu sous le nom de Kokedera (苔寺), est l'un des sites du patrimoine mondial de l'Unesco à Kyoto. L'entrée à ce temple nécessite une réservation faite longtemps à l'avance.

Kokedera signifie "temple des mousses", en référence aux quelque 120 variétés de mousse différentes que l'on trouve dans le jardin du temple. En dehors de l'hiver, les visiteurs du temple peuvent se promener dans ce jardin spectaculaire, qui a fortement influencé la conception ultérieure des jardins japonais.

Kokedera était à l'origine le site de la villa du prince Shotoku avant de devenir un temple à l'époque de Nara. En 1339, le temple a été rénové et converti en temple zen sous la direction du prêtre Muso Soseki. On attribue également à Muso la création des jardins de Kokedera.

 

Vetement Japonais


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.


Voir l'article entier

sakura fleur de cerisier
17 faits à savoir sur les fleurs de Sakura

12-06-2021 5 minutes de lecture

Pour en découvrir plus sur ce symbole des paysages et de la culture japonaise, voici 17 faits à savoir sur les sakura, ces fleurs de cerisier du Japon !
Voir l'article entier
Pachinko
Pachinko : Entre Culture Japonaise et Addiction

04-06-2021 8 minutes de lecture

Découvrez le pachinko, savant mélange entre un flipper et une machine a sous, créé au Japon dans la période d'avant guerre, puis popularisé à Nagoya.
Voir l'article entier
Anime Otaku
Top 10 des meilleurs anime d'Otaku

21-05-2021 4 minutes de lecture

Découvrez le top 10 des meilleurs anime otaku ! Ces dessin-animés japonais dont le personnage principal est au coeur de l'univers fascinant des Otaku !
Voir l'article entier